Le blog d’un maudit français en stage à Sherbrooke


Bonjour à toi chère inconnue, cher inconnu qui atterrit sur ce blog !

Tu y trouveras le récit de mes 4 mois de stage à l’Université de Sherbrooke, au Québec, ainsi que celui de mes périples à Toronto, Niagara, Washington, New York, Montréal, Québec, en Mauricie ou au Mont Orford… Bien que les dernières pages se résument souvent à une description de ma vie de tous les jours, les premières contiennent également quelques chroniques sur la vie au Québec, sur les Etats-Unis et les américains aussi.
Bref, plus ou moins tout ce qui peut passer par la tête d’un français expatrié parmi les caribous, dans ce pays qui nous fait rêver… à juste titre.

L’album photo peut aussi être trouvé ici.

Si tu es intéressé ou concerné par ce genre d’expérience de vie, j’espère que tu apprécieras ces quelques textes, et n’hésite pas à me contacter pour en savoir plus, obtenir des informations, … les expériences comme celle-ci sont faites pour être partagées !

Bonne lecture, bonne visite, et si tu as cette chance… bon voyage !

Kiwi, une nouvelle aventure commence !

Anecdote Québecoise

Le travail du réclamant consistait à descendre du toit d’un édifice de deux étages un surplus de briques qui était resté sur le toit.

QUESTION : Monsieur, auriez-vous l’amabilité de raconter les faits de l’accident ? Votre réponse est enregistrée.

RÉPONSE : J’pensais sauver du temps. J’ai fixé un madrier avec une poulie en haut de la batisse et j’ai passé une corde dans la poulie avec les deux bouttes qui descendent jusqu’a terre. J’ai attaché un baril vide au boutte de la corde, pis j’le monte en haut de la batisse. Ensuite j’attache l’aute boutte de la corde à un arbre. Là, j’monte sul toit, pis j’remplis le baril de briques. Ensuite, je r’tourne en bas pis j’viens pour détacher la corde pour faire descendre le crisse de baril, mais le tabarnac de baril est benque trop pesant pour moé et avant que je réalise quoi que ce soit, hostie, le baril me monte en l’air yenque d’une chotte. Là, chu trop haut pour lâcher la corde, j’ava pas le choix, j’ai tenu la corde en hostie. A moitié chemin, j’rencontre le crisse de baril qui descendait; j’en ai recu un calvaire de coup sur l’épaule; tabarnac que ca m’a fait mal…Mais cé pas toute; moé je continue à monter; Rendu en haut, j’me pette la tête sul câlisse de madrier, pis j’me prends les doigts dans l’hostie de poulie… J’pensa parde connaissance. Quand l’baril touche à terre, le fond pette pis l’baril se vide. Asteur, ciboire,chu plus pesant que l’baril ; ca fa qu’hostie là j’descends en tabarnac; pis à moitié chemin en descendant, j’rencontre encore le crisse de tabarnac de baril qui, lui, montait. Y m’a pas manqué l’calisse, y m’a pogné drettes’une jambe; chu v’nu blême. Rendu en bas, j’mécrase sul calisse de tas de briques… J’pensa mourir là. Rendu là, j’me rappelle pu grand chose; chu tout étourdi, ca fa que j’lâche la crisse de corde, pis l’baril se met à r’descendre, pis me calisse un coup s’a tête; pis j’me r’trouve à l’hopîtal. C’est pour cà que j’demande un congé de maladie.

SERVICE TECHNIQUE DES IMMEUBLES
22 OCTOBRE 1975
ECOLE POLYTECHNIQUE

Ludo, mon maître !

Dédicace au barman de l’OPAC, au DJ de l’IG2I, au clubber de Derby, au seul alcoolique qui a travaillé chez Rolls Royce… apparement connu icite sous le nom de Caza :

PREMIER MOUVEMENT:
DOUX SOMMEIL DES AURORES ÉTHYLIQUES

(À non pas le matin)

Caza s’est levé magané
En fait y s’est pas l’vé, y s’est jamais couché

Y’a passé la nuit à virevolter

Son estomac fait des flick-a-flock
Y’a l’air d’un robineux habillé a’ec sa froc
Y’est couché en boule dans le fond du truck

Mais le pire dans tout ça mes enfants
C’est que quand l’soir arrive y r’devient rayonnant
Pour un party y’é toujours partant

Caza ! Il est venu ! Caza ! Notre sauveur !
Caza ! Notre lumière ! Caza !

DEUXIÈME MOUVEMENT:
PRÉLUDE À L’IVRESSE NOCTURNE

Vincent Caza est une vraie machine
Il vit toujours sa vie à full pin
Il arpente les bars, les bistros et les brasseries
Le gaz au fond, le pied dans l’tapis !
Une pinte de rousse ! (Une pinte de rousse !)
Dix pintes de rousse ! (Dix pintes de rousse !)
En s’enfilant une clope après l’autre
Une shot de fort ! (Une shot de fort !)
Deux shots de fort ! (Deux shots de fort !)
En cachant deux-trois bières dans son coat

TROISIÈME MOUVEMENT:
NUITS FOLÂTRES ET AUBES CAHOTIQUES

C’est un gentil vagabond
Pour Caza le monde est sa maison
Et puis il s’en fout
De coucher n’importe où
Sur un plancher d’bois
Ou sur un vieux sofa
Tout nu dans l’gazon
Ou ben en d’sous d’un pont
Même su’a track !
Et on l’entend gueuler: À boire tabarnak !
(C’est pas vrai)

PREMIER MOUVEMENT:
DOUX SOMMEIL DES AURORES ÉTHYLIQUES

(à non pas encore le matin)

Encore une nuit su’a robine
Y’a les deux yeux pochés qui flottent dans graisse de bines
Dans son corps y’a aucune vitamine

Déjeuner su’l side au dépanneur
Un ti-chip au vinaigre, des jujubes, d’la liqueur
Tout pour être en forme jusqu’aux p’tites heures

Mais à matin y’é pas vite su’a puck
Y’a l’air d’un gars qui sort direct d’une autre époque
Pour lui la vie c’est toujours Woodstock

Caza ! Notre frère ! Caza ! Notre berger !
Caza ! Notre seul dieu ! Caza !

DEUXIÈME MOUVEMENT:
PRÉLUDE À L’IVRESSE NOCTURNE

Quand l’ami Caza nous sort sa vieille guitare
On sait qu’la soirée va s’finir tard
Dans un pit de sable ou ben dans un sous-sol
Il beugle comme une vache espagnole
Une toune de Plume ! (Une toune de Plume !)
Deux tounes de Plume ! (Deux tounes de Plume !)
Pendant quatre heures sans aller pisser
Pis du Tom Waits ! (Pis du Tom Waits !)
Pas d’Dire Straits (Non !)
Parce que ça y’aime pas vraiment en jouer…

TROISIÈME MOUVEMENT:
NUITS FOLÂTRES ET AUBES CAHOTIQUES

C’est un sympatique pochetron !
Pour tout l’monde le meilleur compagnon
Et lui il s’en fout
De crécher n’importe où
En arrière du bar
Dans une valise de char
Couché dans un bain
Chez des Amérindiens
Même su’un banc d’parc !
Et on l’entend gueuler: « À boire Tabarnak ! »
(C’est pas vrai, c’est des rumeurs)

FINALE SYMPHONIQUE EN LA MAJEUR

Cazaaaa, Cazaaaa, Cazaaaa, Cazaaaa

Vous aurez reconnu Les Cowboys Fringants, La Grand-Messe, Symphonie pour Caza.

Petit lien sympa, « Plus Rien », des Cowboys, chanté par des enfants d’une classe de CM2 française. Il ne me reste plus qu’à montrer ça à ma soeur qu’elle soit une institutrice aussi éclairée que celle-ci, j’admire !

D’où venez-vous ?

Pauvres d’eux…. les malheureux qui utilisent encore Internet Explorer…. les réfractaires à l’évolution et à la révolution ! La si belle carte des visites les empêchait d’accèder au site. Soit, je l’ai enlevée.

Donc, d’une part, je réitère mon conseil : utilisez Firefox !!!
(le site y paraît beaucoup mieux, je n’ai pas le temps de tout retravailler pour m’adapter à IE qui ne respecte pas les normes)

Et pour les heureux possesseurs de Firefox, cliquez-ici pour découvrir en un clin d’oeil la provenance des 20 dernières visites de la veille… un vrai public international !!

Adexos, création de sites Internet

Adexos - Création de sites Internet

Qui ici n’a pas encore entendu parler d’Adexos ? Adexos c’est bien sur la société que Benjamin Gosselet, Jérôme Parfant et moi-même créons actuellement en France, à Béthune pour être précis.
Nos domaines d’activité sont la communication Internet, les logiciels sur mesure ainsi que le consulting et la formation.

Adexos n’est pas encore créée, le dépôt des statuts est prévu pour octobre mais notre campagne de prospection est déjà en cours. C’est pourquoi nous avons récemment mis en place notre nouveau site Internet.

Vous aurez peut-être aussi remarqué quelques changements sur ce blog. Il s’agit d’optimiser le référencement d’Adexos par la création de liens. Donc n’hésitez pas, si vous voulez nous supporter, parlez-en autour de vous ! Et placez des liens vers notre site depuis vos blogs, les forums sur lesquels vous écrivez, …

Jacky Land

Ahhh que le Nord me manque… les frites, les terrils, la pluie (ah non c’est vrai, j’ai la même ici), l’accent (pas beaucoup mieux non plus en fait), la vue du Stade Bollaert, le marché de Grande Résidence, … et les JACKY !

JACKY – JACKY,
TA 4L, TA 4 È-È-È-È-LEUH,
JACKY – JACKY,
TA 4L, ELLE EST POURRIE !

Vivement dans 2 semaines le Wellington Tuning Show que je me sente un peu chez moi !!!

Moi je m’appelle Lo-li-ta…

Bon je sais que ce n’est pas la place pour parler de ça mais j’aime bien faire partager mes découvertes, mes réflexions ou mes états d’âme. Et encore une fois ça concerne la pub. Déformation professionnelle ? Peut-être, j’aurais à en faire via Adexos. Exaspération ? Un peu aussi !

Vous avez sûrement comme moi découvert un nouveau concept publicitaire sur Internet ces derniers jours. Le principe ? Faire en sorte que l’utilisateur s’identifie à une personne présentée sur la pub. Pas bête me suis-je dit ! Mais alors le concept est largement à perfectionner, ou du moins il mériterait un peu plus de réflexion…

Voyez par vous même ci-dessous ! Les 6 bandeaux ont été pris sur lequipe.fr, site au public très masculin. Pour 6 pub différentes, il n’ont pas été capables de varier une seule fois la photo. Le deuxième bandeau est même incompréhensible…


Enfin moi, tout ce que j’en retiens, c’est que notre chère Angelina-Lolita a eu une vie mouvementée. A 26 ans elle était trop fainéante pour faire son propre ménage ! A moins qu’elle travaillait trop ? Nooon, certainement pas puisque 5 ans plus tard elle est obligée de vendre sa voiture et de faire un prêt. Un prêt pour son voyage à Marrakech peut-être ? De toute façon, elle ne pourra même pas se rendre à l’aéroport, elle n’a plus ni voiture, ni permis ! Pauvre Angelina-Lolita. Mais malgré tout ça, elle n’a pas pris une ride et à toujours gardé son sourire… Respect !

Le phénomène Zidane

Une phrase qu’on pouvait déjà entendre il y a quelques années. Mais là, … là ! Qui n’a pas entendu parler de Zidane ces 3 derniers jours ? Combien de personnes dans le monde ?

Rien qu’en comptant ceux qui l’ont vu en direct, la finale avait une audience mondiale estimée à 1,5 milliards de téléspectateurs. Plus tout ceux qui l’ont simplement vu aux nouvelles… Je pense que Zidane a eu un pic de popularité mondiale assez hallucinant ces derniers jours.

Morceaux choisis :

Discussion anodine :
 – Alors le match hier !?
 – Je comprends pas…
 – Comment ça ?
 – Bin Zidane, ce qu’il a fait !
Tout le monde en oublie preque le match.

Dixit Piaf : « Même ma grand-mère est dég pour Zidane, ça veut dire quelquechose » !

Hier, Loco Locass en concert (groupe de rap Québecois) : « Hé les jeunes, faites comme Zidane… servez-vous de votre tête ! »

Que Materazzi lui a-t-il vraiment dit ? Le saurons nous un jour ? Quelques éléments de réponse ici ou pures spéculations ?

J’avais même trouvé un petit jeu sur le web ou Zidane devait donner des coups de tête pour se faire expluser. Pas de chance le site n’est plus accessible pour cause de surcharge de traffic !

Consolez vous avec une vidéo débile, ou mieux, le best of des gestes violents de Materazzi.

Si jamais Sarkozy passe, je me casse

Rassurez-vous, cette phrase n’est pas de moi… mais j’avoue qu’elle a du sens.
Chaque jour mon dégoût envers ce personnage ne fait que décupler. Dans un an les élections… comment choisir entre des gros cons aux idées inacceptables et des manipulateurs insidieux dont le seul but semble de se faire élire, et non de diriger la France vers sa réussite ?! Celui qui me donnera la réponse à cette question me permettra peut-être de trouver ne serait-ce qu’une once d’intérêt à la politique.

Puisqu’il s’agit une nouvelle fois de politique et d’états d’âme, je ne vais pas moisir tout le blog avec mes articles de presse. Cliquez donc sur la flèche pour voir les 2 articles qui m’ont une nouvelle fois choqué :




Et pis vive la France……

Quelques bons mots

Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain.

Roland Dorgelès